Retour

Prix 1999 au CERN

En choisissant le CERN (Organisation Européenne pour la Recherche Nucléaire), la Fondation pour Genève honore l'institution phare de la Genève internationale scientifique. Trois mille physiciens de premier plan y travaillent, parmi lesquels cinq lauréats du Prix Nobel, et l’on ne compte plus les développements technologiques majeurs issus de cette institution – dont le Web.


Luciano Maiani (Directeur général du CERN en 1999) reçoit ce prix au nom de l’institution: « C’est pour moi un grand plaisir d‘être aujourd’hui parmi vous. Je me sens particulièrement honoré de l’attribution d’un tel prix et tiens à vous dire combien je suis heureux de l’accepter au nom du CERN, bien sûr, mais aussi, de ses Etats membres et de son personnel. C’est un témoignage d’appréciation mutuelle entre Genève et le CERN, qui s’est développé durant plus de quarante ans ».

La cérémonie s'est déroulée au Bâtiment des Forces Motrices le lundi 8 novembre 1999 devant un parterre composé d'un joyeux mélange de diplomates, hauts-fonctionnaires du CERN et personnalités locales.

C'est le Professeur Maurice Bourquin (Recteur de l’Université de Genève, Faculté des Sciences, Département de physique nucléaire et corpusculaire) qui fut choisi pour prononcer le discours d‘éloge:

«Vous représentez une communauté de quelque 10’000 personnes qui est venue travailler à Genève pour collaborer à des recherches de caractère purement scientifique et fondamental. Vous provenez de 20 Etats européens membres du CERN ou de nombreux pays non-membres. (...) Je peux d’ailleurs vous transmettre les chaleureuses félicitations de la Confédération à l’occasion de la remise au CERN du Prix 1999 de la Fondation pour Genève. Il n’y a rien de plus précieux que de pouvoir rendre hommage à une organisation comme le CERN, qui est devenue une référence mondiale de notoriété, de résultats scientifiques remarquables, publiés dans les meilleures revues internationales qui, d’ailleurs, propulsent la région lémanique au 3ème rang européen par le nombre de publications référées en physique. Le CERN est un aimant permanent pour les chercheurs du monde entier (sans oublier les responsables politiques qui ne manquent pas de s’yinviter), il est source d‘émerveillement pour nos jeunes (et nos moins jeunes), si j’en juge par les nombreuses visites et conférences publiques qu’il organise ».

Les autorités genevoises, toujours fidèles au rendez-vous du Prix de la Fondation pour Genève, n'ont pas manqué de relever aussi bien l'importance de la présence du CERN pour le rayonnement de Genève que leur volonté d'offrir les conditions nécessaires à son développement et à sa promotion.

« Notre reconnaissance est d’autant plus importante que vous avez choisi d’honorer, cette année, une institution scientifique prestigieuse, de niveau mondial et qui constitue dans le monde de la recherche, un instrument stratégique extrêmement précieux. Choisir le CERN comme lauréat du prix de la Fondation pour Genève, c’est reconnaître ce qu’il apporte au progrès scientifique et technique et les attentes placées en lui par de nombreux pays de la planète. Choisir le CERN, c’est aussi faire acte de remerciement de la part de Genève qui bénéficie d’une présence si proche que parfois, on en vient à oublier d’exprimer comme il convient, notre satisfaction de compter dans notre région, le centre de recherche de prédilection des chercheurs et des scientifiques dans le domaine de la physique des particules. Ainsi, la récompense d’aujourd’hui à laquelle les autorités politiques s’associent avec force permet de mettre en évidence ce privilège que constitue, pour nos milieux universitaires et scientifiques genevois, la proximité du CERN ». (Martine Brunschwig-Graf, présidente du Conseil d'Etat de la République et canton de Genève).

«Pour Genève, le CERN est tout simplement un fleuron, un joyau qui rappelle qu’un jour, des équipes de scientifiques ont décidé de mettre leurs énergies en commun et que, de cette fusion intellectuelle naîtrait ce qu’il faut considérer aujourd’hui comme une référence mondiale. Il n’est pas inutile de rappeler également qu’il y avait à l‘époque beaucoup de raisons d’installer une organisation européenne ici-même : son emplacement privilégié au centre du continent, un excellent aéroport à proximité, une qualité de vie et un environnement culturel et international apte à plaire aux chercheurs, et enfin une Suisse dont la neutralité était à l’image de la recherche scientifique ». (Pierre Muller, Maire de la Ville de Genève)

En parfaite adéquation avec l'idée que l'on peut se faire du CERN, le percussioniste Fritz Hauser enchanta les invités d'intermèdes musicaux aussi étranges que percutants. Ce fut sans aucun doute la remise du Prix la plus atomique !